Le mot du Président

Nouvelle année, nouvelle équipe, nouveau président

En effet, Florence LAURENT notre Présidente de 2014 à 2016 a choisi de passer la main. Je veux ici la remercier vivement pour son engagement, car elle a dirigé notre syndicat dans une période difficile à plus d’un titre. Parmi ceux-là, la campagne URPS, chronophage et malmenante mais dont le résultat est là. Les infirmières de l’Indre donnent à la Fédération sont plus haut score : 90% des voix sur le département. Au-delà du chiffre, c’est la représentativité et le levier d’action qu’elle permet qu’il faut y voir.

Nouvelle Convention

Comme vous le savez surement, 2017 sera marquée la fin de l’actuelle Convention Nationale des Infirmiers qui arrive à son terme le 1er juillet. Une nouvelle Convention doit être rédigée d’ici là, et c’est pourquoi les syndicats représentatifs, FNI en tête, vont rentrer dans quelques semaines en négociations avec l’Union National des Caisses d’Assurance Malade (UNCAM).

En ma qualité de membre du conseil national de la FNI je participerai aux débats. C’est donc naturellement vers chacune et chacun d’entre vous que je me tourne pour alimenter les échanges : Que souhaitez-vous voir modifier ou ajouter dans la future Convention ? Quels actes voulez-vous voir entrer dans la nomenclature ? Quelle place souhaitez-vous occuper dans le paysage sanitaire ?

Adressez-nous via notre adresse mail toutes vos idées qui participeront à bâtir cette nouvelle étape dans l’exercice libéral infirmier. Comme vous le verrez dans le calendrier de nos rencontres nous avons d’ores et déjà programmé une réunion en septembre pour vous la présenter

Cette convention doit certes tenir compte des enjeux économiques et démographiques du pays, mais elle doit surtout s’inspirer de la réalité du terrain, des contraintes et des atouts des partenaires conventionnels.

Nouveaux enjeux

Il ne vous a pas échappé que cette négociation conventionnelle se télescope avec les campagnes électorales. Là aussi notre représentativité sera une vraie force pour influer sur les décisions politiques. Malheureusement, quelle que soit la couleur politique l’avenir du dialogue social semble bien sombre alors que le « tout structure » et le « tout médical » ont le vent en poupe. Dont acte ! nous prendrons notre bâton de pèlerin et n’économiserons pas notre énergie pour démontrer qu’il n’y a pas plus réactif, plus disponible, plus compétent… et moins cher qu’un cabinet d’infirmières libérales. D’autant plus que dorénavant nous prouvons toutes ces qualités grâce à Qual’Idel ! Ne doutons pas un instant que le bon sens finira pas l’emporter !

A très bientôt dans nos rencontres locales,

Syndicalement vôtre,

Julien MAULDE-ROBERT, Président FNI36